C’est quoi les EM?

 
Le mélange symbiotique des micro-organismes EM a été découvert puis mis au point  par le professeur Teruo Higa (Japon) dans les années 80.

Ses découvertes et sa vision sont largement décrites dans le livre « EM la révolution pour sauver la terre ».

Professeur Teruo Higa

Composition

Le mélange symbiotique EM se compose plusieurs dizaines de micro-organismes différents, des micro-organismes aérobies et anaérobies. Le monde scientifique a toujours pensé qu’il était impossible de faire cohabiter ces deux groupes car leur conditions de vie sont opposées. Pourtant, ces deux groupes cohabitent paisiblement dans le sol.

On sait aujourd’hui que les deux groupes contiennent des espèces qui causent des maladies et d’autres qui les préviennent. Certains micro-organismes, qu’ils soient aérobies ou anaérobies, ont, par exemple, le pouvoir de transformer certaines matières organiques en antioxydants qui ont une influence bénéfique sur la santé du sol, des plantes, des animaux et de l’homme.

Les différents micro-organismes bénéfiques dans les EM ont chacun un rôle particulier. Grâce à cette combinaison, l’effet individuel des bactéries est multiplié de façon synergique. Ces micro-organismes efficaces sont collectés dans la nature et cultivés de façon naturelle. Ils ne sont ni modifiés, ni manipulés, juste associés!

 

Les micro-organismes efficaces sont…

​- des bactéries photosynthétiques, qui jouent un rôle capital dans l’action des EM. Grâce à la lumière du soleil et la chaleur du sol, elles produisent des substances nutritives en transformant les émanations des racines, les matières organiques et les gaz nocifs. Les plantes peuvent assimiler directement leurs produits métaboliques.  De plus, les bactéries photosynthétiques stimulent la reproduction des autres bactéries et fixent l’azote.

​- des bactéries lactiques, qui ont une action stérilisante. Elles réduisent les micro-organismes nocifs et facilitent la décomposition rapide des matières organiques. Elles peuvent, entre autres, prévenir la reproduction du Fusarium, une moisissure nocive.

​- des levures, qui fabriquent des substances nutritives et antimicrobiennes nécessaires à la croissance des plantes. Leurs substances métaboliques constituent la nourriture d’autres bactéries comme les bactéries d’acide lactique et les actinomycètes

​- des actinomycètes, qui réduisent les moisissures nocives et peuvent cohabiter avec les bactéries photosynthétiques.

​- des moisissures fermentantes « nobles », qui décomposent rapidement les substances organiques, réduisant ainsi les mauvaises odeurs. Elles préviennent les dégâts causés par les insectes nocifs.

 
 

Comment fonctionnent les micro-organismes efficaces​

Les micro-organismes efficaces contribuent à la croissance d’une population de micro-organismes favorables. Les micro-organismes de fermentation (déjà connus pour des denrées alimentaires comme la bière, le vin, la choucroute, le yaourt…) occupent une place primordiale dans le procédé EM. 

Les EM ne fonctionnent pas comme un antibiotique ou des produits chimiques. Ils ne tuent pas mais chassent les bactéries pathogènes. L’avantage réside alors dans le fait qu’il ne se développe pas de souches résistantes.

Les EM fonctionnent graduellement. Selon le domaine d’application, on peut s’attendre à un effet en quelques heures (odeur déplaisante) jusqu’à quelques années pour la fertilité du sol.

La technologie EM se base sur deux principes fondamentaux: la fermentation et la dominance.

​- La fermentation. La fermentation est une technique de conservation ancestrale qui permet aux micro-organismes anaérobies bénéfiques de se multiplier. Il en résulte un produit de qualité supérieure, riche en nutriments comme, par exemple, des alcools, des acides organiques, des antioxydants, des vitamines naturelles, des enzymes… Ces produits stimulent la croissance des plantes, augmentent la capacité de résistance naturelle du sol, des plantes, des animaux et répriment les maladies. La fermentation ne nécessite que peu d’énergie, ce qui signifie qu’il restera d’avantage d’énergie dans le produit final.

Si au contraire, des micro-organismes nocifs se développent dans un milieu, ils provoquent la putréfaction et de mauvaises odeurs. Les substances métaboliques produites (protéines insuffisamment décomposées) sont souvent toxiques pour les plantes et les êtres vivants: ammoniaque, indoles, scatoles, mercaptans, sulfures, méthane…

En opposition aux processus de fermentation existent les processus de décomposition oxydatifs de la matière organique. Il en résulte des substances nutritives inorganiques solubles qui peuvent être assimilables par les plantes, du CO2 et beaucoup de chaleur. Au cours de ce type de décomposition, il y a donc une grande perte d’énergie. Le compostage est un processus d’oxydation.

Le principe de dominance

Le monde des micro-organismes est constitué de différents groupes:

  1. Un petit groupe de micro-organismes efficaces dominants (+)

  2. Un petit groupe de micro-organismes destructeurs dominants (-)

  3. Un grand groupe d’opportunistes

Il y a une lutte continuelle entre les micro-organismes efficaces et les destructeurs. Les milliards d’opportunistes s’adaptent  au vainqueur, qu’ils suivent et imitent.

Dominants efficaces

Dominants nocifs

Disciples 90%

 

Là où les micro-organismes efficaces prédominent, ils exercent une influence positive et suppriment les maladies, aussi bien dans le sol, que dans l’air et dans l’eau. Ceci profitera aux plantes, aux arbres, aux cultures agricoles et finalement à la bonne santé de l’homme et de l’animal.

L’emploi d’engrais chimiques, une mauvaise façon de travailler le sol, le surpâturage provoquent une prédominance des micro-organismes nuisibles.

Un emploi judicieux des micro-organismes efficaces dans le ménage, l’environnement, l’agriculture, l’horticulture…peut donc stimuler l’accroissement des micro-organismes bénéfiques.